Géothermie

Différents types de géothermie pour la production de chaleur

Pour la production de chaleur, on distingue 3 types de géothermie :

  • la géothermie haute énergie qui peut notamment être utilisée pour la production d’électricité ;
  • la géothermie basse énergie qui utilise directement la chaleur provenant du sous-sol ;
  •  La géothermie dite de minime importance qui nécessite l’utilisation d’une pompe à chaleur pour élever le niveau de température du sous-sol.

La récupération d’énergie sur eaux usées est généralement assimilée à la géothermie de même que pour la géothermie dite de minime importance. Son principe est d'élever le niveau de température d’une source froide à l’aide d’une pompe à chaleur.

La nature géologique du sous-sol est variée dans la région Nouvelle-Aquitaine, avec par exemple des contextes très différents dans le bassin sédimentaire Aquitain et dans le socle cristallin du Limousin ; mais des solutions géothermiques sont envisageables partout – ou presque.

Quelle géothermie pour quel projet ?

La géothermie « haute énergie » est définie par une température du gisement de chaleur supérieure à 150°C. Les forages atteignent plusieurs milliers de mètres de profondeur. Elle est généralement utilisée pour générer de l’électricité et/ou de la vapeur d’eau ou de l’eau surchauffée, par exemple pour des applications industrielles qui nécessitent de hautes températures. Le coût de telles installations est de plusieurs dizaines de millions d’euros.

La géothermie « basse énergie » est également une géothermie profonde, utilisée par exemple pour alimenter des réseaux de chaleur urbains : tout forage de plus de 200 m rentre officiellement dans cette catégorie. Typiquement, des forages de 1 000 à 2 000 m peuvent fournir une eau entre 50 et 80°C, utilisée directement ou à l’aide de pompes à chaleur. Les investissements représentent plusieurs millions voire dizaines de millions d’euros.

La géothermie « très basse énergie », dite de « minime importance » dans le Code minier, dont les forages sont profonds de moins de 200 m et dont chaque installation fournit une puissance thermique inférieure à 500 kW, permet de chauffer et climatiser des bâtiments ou des réseaux de chaleur. Les deux principales solutions techniques sont :

  • géothermie sur aquifère (« échangeur ouvert ») : la chaleur est extraite d’une nappe d’eau souterraine, prélevée et réinjectée dans son milieu d’origine par un doublet de forages. Cette solution dépend de l’existence et de la qualité de la ressource en eau ;
  • géothermie sur sondes (« échangeur fermé ») : la chaleur est extraite directement du sol par un champ de sondes étanches, sans échange de matière. Cette solution peut être mise en œuvre presque partout, sauf contrainte géologique ou réglementaire locale particulière.

Quels outils ?

La cartographie des ressources géothermiques (basse énergie et très basse énergie) et des contraintes techniques et réglementaires est disponible sur le site Géothermie perspectives.

L’assurance AQUAPAC, gérée par la SAF-Environnement, filiale de la Caisse des dépôts et des consignations, garantit la création et l’exploitation des opérations de très basse énergie sur aquifère (sous condition d’une puissance thermique supérieure à 30 kW). La garantie couvre la recherche et la pérennité de la ressource.

Consultez la « boîte à outils » pour la géothermie sur pompes à chaleur (y compris estimation des coûts du projet : fiche 8)

L’intervention de l’ADEME

L’aide à la décision (dispositif hors particuliers)

Les maitres d’ouvrages souhaitant réaliser une étude de faisabilité géothermie (sur champs de sondes, sur aquifères superficiels ou opération de géothermie profonde) ou une étude de récupération d’énergie sur eaux usées, peuvent bénéficier d’un soutien financier de l’ADEME. Dans le cas des études pour des projets de très faible énergie, la prestation intellectuelle doit être réalisée conformément au cahier des charges de l’ADEME :

L’aide à l’investissement (dispositif hors particuliers)

Les maitres d’ouvrages souhaitant s’engager dans un investissement géothermie peuvent bénéficier d’un soutien financier de la part de l’ADEME dans le cadre du dispositif du Fonds Chaleur.

Consultez l’appel à projets Fonds Chaleur en Nouvelle-Aquitaine