Profil énergie et gaz à effet de serre en Nouvelle-Aquitaine

La Nouvelle-Aquitaine constitue la plus vaste région française en superficie pour une population de près de 6 millions d’habitants. Première région agricole de France, zone de transit international, territoire à forte attractivité démographique et touristique… sont autant de caractéristiques majeures de ce territoire à prendre en compte pour analyser son profil énergie-gaz à effet de serre.

Des besoins énergétiques en baisse

⇒ 182 719 GWh, près de 11 % de la consommation nationale.

Sur la période 2005-2015, ces consommations diminuent de 6 % sous les effets croisés de l’évolution démographique, du climat, de l’activité économique et de mesures d’efficacité énergétique.

Le bâtiment et le transport, les deux secteurs les plus consommateurs

76 % de la consommation énergétique régionale.

Les usages de chauffage des logements et les déplacements des particuliers contribuent principalement à cette consommation. Les produits pétroliers occupent la première place des énergies consommées ; depuis les dix dernières années, on observe cependant une diminution significative de leur usage au profit d’autres sources d’énergie comme l’électricité et le bois énergie, en part croissante dans le secteur du bâtiment et de l’industrie.

Une facture énergétique en baisse corrélée au prix du pétrole

16,2 milliards d’euros.

La diminution constatée de la facture depuis 2013 s’explique principalement par la baisse des prix du pétrole. Rapportée au nombre d’habitants, elle atteint 2 752 euros par individu. Les données issues d’un travail de l’Agence nationale de l’habitat et du Service de l’observation et des statistiques (SOeS) du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer révèlent que près d’un ménage sur quatre est soumis à une vulnérabilité énergétique liée au logement ou à la mobilité. Ces observations sont très hétérogènes en fonction des départements, les territoires ruraux étant les plus concernés.

Des émissions de gaz à effet de serre en baisse depuis 2005, constantes par rapport à 1990

51,7 Mt CO2e, ce qui représente 11,3 % des émissions de GES nationales. Les secteurs du transport (émissions énergétiques) et de l’agriculture (émissions non énergétiques) restent les plus émetteurs en région. Ils représentent, à eux deux, 64 % des émissions régionales.

La biomasse : première énergie renouvelable thermique

Les énergies renouvelables sont de plus en plus présentes dans le mix énergétique régional ; la biomasse, notamment, en est le premier contributeur. Pour la production d’électricité, les filières photovoltaïques et éoliennes sont particulièrement dynamiques.

Des objectifs ambitieux à atteindre pour 2050

Positionnement des émissions de GES par rapport aux objectifs nationaux rapportés à la Nouvelle-Aquitaine. Voir descriptif détaillé ci-après
Positionnement des émissions de GES par rapport aux objectifs nationaux rapportés à la Nouvelle-Aquitaine

Descriptif détaillé du schéma (PDF - 296.12 Ko)

Pour s’engager dans la transition énergétique, les acteurs de la région Nouvelle-Aquitaine devront redoubler d’efforts. Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 75 % à horizon 2050, il est indispensable d’accélérer les initiatives en matière de maîtrise de l’énergie, de façon à diminuer le niveau de consommation énergétique régional, et tout particulièrement les énergies fossiles dans les secteurs du bâtiment et du transport. Enfin, il est également nécessaire d’amplifier le rythme de mise en service d’installations de production d’énergie renouvelable afin de développer le mix énergétique et de réduire la dépendance du territoire régional aux énergies fissiles et fossiles.

Source AREC, données 2015, publication 2017

Quelques documents de référence